samedi 23 mai 2015

CHR de Lille : une aide-soignante soupçonnée d'actes malveillants envers des patients

Une aide-soignante du CHR de Lille est soupçonnée d'avoir commis des actes volontaires qui auraient pu avoir des conséquences graves sur la santé de 4 ou 5 patients
Négligence ? Maladresse ? Actes malveillants ? Une enquête est en cours autour des agissements d'une aide-soignante du CHR de Lille qui travaille dans le service endocrinologie. La Voix du Nord qui révèle l'affaire ce samedi évoque une "perfusion dévissée, une tubulure enlevée, une injection de produit inadaptée..."

Des dysfonctionnements qui ont été remarqués fin 2014 et qui, après enquête interne, ont donné lieu à une plainte du CHR. L'aide-soignante, âgée de 45 ans, a été mise en examen pour tentative d'homicide et empoisonnement sur des patients. "Il n'y a eu aucune conséquence sur la santé des patients qui ne se sont aperçus de rien grâce à la réactivité des personnels et à une vigilance redoublée", explique dans le quotidien régional la directrice juridique du CHRU. Reste que les conséquences auraient pu être très graves. 

"Mon métier, c'est toute ma vie"

La piste d'un conflit interne entre l'aide-soignante et la direction et d'une vengeance est évoquée. Mais elle est vivement contestée par l'intéressée qui parle de maladresses ou de gestes qu'elle "ne pouvait plus faire". "Je suis aide-soignante depuis 23 ans. Bien notée. (...) Mon métier, c'est toute ma vie"
http://france3-regions.francetvinfo.fr/nord-pas-de-calais/2015/05/23/chr-de-lille-une-aide-soignante-soupconnee-d-actes-malveillants-envers-des-patients-730701.html

vendredi 22 mai 2015

Martyrisée à 73 ans par une auxiliaire de vie : les insoutenables vidéos

Accusée de violences habituelles sur une personne âgée, une auxiliaire de vie a été mise en examen et incarcérée hier soir à Toulouse. Des vidéos montreraient des agissements insupportables.
Une femme de 73 ans, qui souffre d'une maladie dégénérative, a vécu un véritable calvaire ces derniers mois dans sa maison de Balma. Calvaire silencieux pour cette femme paralysée des membres inférieurs et supérieurs et qui est aussi privée de la parole. Pour l'aider, la soigner au quotidien, des infirmières, kinésithérapeute interviennent, et une auxiliaire de vie a été embauchée voilà un an. Une femme âgée de 60 ans qui a été mise en examen hier soir par la juge d'instruction Florence Bru pour «violences habituelles sur personne vulnérable» a confirmé le procureur Pierre-Yves Couilleau.
Ce que la famille de la victime a découvert, puis les gendarmes, «glace le sang», admet un enquêteur. Depuis l'automne, les personnes qui soignent cette femme malade s'inquiétaient de l'apparition d'hématomes, de saignements inexpliqués, de plaie de l'oreille… Début mai, une infirmière a surpris l'aide ménagère soignant une plaie sur la tête. L'auxiliaire de vie avait alors donné des explications confuses.
Inquiète, la tutrice de la vieille dame a décidé d'installer des caméras de vidéosurveillance dans la maison. Les images, enregistrées la semaine dernière, seraient révoltantes. Selon des témoignages, on y verrait l'auxiliaire de vie tirer les cheveux de la vieille dame, lui donner des coups de pied, des coups de coussin sur la tête, lui enfoncer de force une cuillère dans la bouche… Plus des insultes et des menaces. «Le plus insupportable c'est l'expression de la victime, qui ne peut parler. On devine sa détresse, et une véritable terreur quand l'auxiliaire de vie entre dans sa chambre», confie un proche du dossier.
Mardi, quand la tutrice a découvert la réalité sordide de ces images, elle a alerté la police municipale de Balma. Les gendarmes ont été saisis et en fin d'après-midi, l'auxiliaire de vie a été interpellée et placée en garde à vue. D'abord surprise, jurant son incompréhension, cette femme a nié avant d'admettre ses actes une fois confrontée à la réalité des enregistrements vidéos. Elle aurait fini par qualifier les images de ses violences «d'insupportables».
Lors de la garde à vue, les gendarmes de la communauté de brigade de Balma, et leurs collègues de la brigade des recherches de la compagnie de Toulouse Saint-Michel ont essayé de vérifier si d'autres personnes âgées, chez qui cette femme intervient, n'avaient pas subi des maltraitances. «Les premières vérifications n'ont rien montré», prévient un officier. Des investigations supplémentaires seront menées sous commission rogatoire même si, lors de ces autres missions, cette femme non diplômée serait cantonnée à des tâches purement ménagères. Hier soir, malgré l'absence d'antécédent, cette femme a été incarcérée.
Écartées de cette violence ordinaire, la victime, et sa maman âgée de 102 ans (!) qui n'a pas subi de violence, devrait retrouver une certaine sérénité.

http://www.ladepeche.fr/article/2015/05/22/2109812-martyrisee-a-73-ans-les-insoutenables-videos.html

jeudi 21 mai 2015

Recasage d'Agnès Saal: l'humiliante leçon de Wauquiez à Fleur Pellerin

Le recasage de l'ancienne présidente de l'INA à la Culture, démissionnaire pour cause de notes de taxis démesurées, suscite l'indignation. Cette révélation met Fleur Pellerin et la gauche en état de faiblesse.
Annule et remplace, c’est le choix de Fleur Pellerin en faveur d’Agnès Saal. En acceptant, comme si de rien n’était en apparence, le retour de l’ex-présidente de l’INA au sein du ministère de la Culture suite à sa démission pour cause de notes de taxis injustifiées, Fleur Pellerin annule la sanction et la remplace par une promotion. Et c’est insupportable.
En avril dernier, une fois découvert et révélé le tonneau des Danaïdes des frais de taxis de la présidente de l’INA nommée à ce poste quand Aurélie Filippetti était ministre de la Culture (40.000 euros en un an dont 6.000 rien que pour l’enfant d’Agnès Saal), Fleur Pellerin avait sanctionné sans attendre. La coupable de légèreté (au minimum) avait été priée de démissionner sans attendre. Justice était faite. Il était temps, tant le dossier Agnès Saal (après les cas Cahuzac ou Thevenoud) menaçait de se transformer en objet médiatique et politique de nature à percuter, une fois encore, la statue d’intégrité de la gauche au pouvoir que le candidat Hollande avait promis de dresser durant la campagne 2012. Souvenez-vous : "Moi président, présidence normale, comportement exemplaire, etc."
Quelques jours après cette démission, on apprenait également que, peu de temps avant son départ de l’INA, Agnès Saal avait embauché Agnès Chauveau qui venait elle-même de quitter dans la honte son poste de directrice de l’école de journalisme de Sciences-po pour cause de plagiats journalistiques. Et l’on se disait que décidément, face à ces pratiques de réseautage et copinage, que l’on croyait réservées à une certaine partie de la droite, Fleur Pellerin avait eu bien raison de couper la branche pourrie avant qu’elle ne contamine un arbre que l’on voulait croire encore sain.
Hélas ! Tout n’était qu’illusion. Quelques semaines plus tard, voilà que l’on apprend qu’Agnès Saal, comme si de rien n’était, regagne son corps d’origine, au sein du cocon protecteur de l’administration du ministère de la Culture. Et mieux encore, qu’elle va y occuper, si l’on en croit le Monde, un poste taillé sur mesure pour elle, "chargée de mission sur les questions de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences". A l’école des Fans de l’administration, tout le monde gagne, même les démissionnaires pour faute grave. "Mesdames, messieurs, sous vos applaudissements…"................. la suite sur ce lien ....
http://www.challenges.fr/politique/20150521.CHA6024/recasage-d-agnes-saal-l-humiliante-lecon-de-wauquiez-a-fleur-pellerin.html

mercredi 20 mai 2015

Collège: "un scandaleux passage en force" (syndicats)

La publication du décret sur la réforme du collège au lendemain d'une grève est une "provocation" pour le Snes-Fu et un "scandaleux passage en force" pour le Snalc, des syndicats opposés au texte gouvernemental.

Cette publication a été mal accueillie par les syndicats antiréforme, au lendemain d'une grève suivie par 27,61% des professeurs des collèges publics selon le ministère, et"plus de 50%" selon le Snes-FSU, premier syndicat du secondaire.

Hier, quelques milliers d'enseignants ont manifesté contre cette réforme, dont les principaux points de crispation sont la suppression du latin et du grec, remplacés par un enseignement pratique interdisciplinaire, et celle des classes bilangues

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/05/20/97001-20150520FILWWW00078-college-un-scandaleux-passage-en-force-syndicats.php

mardi 19 mai 2015

Ivre, il fait conduire son fils de 12 ans

Un homme et son fils, âgé de 12 ans, on été arrêtés par les gendarmes du Loiret dans la nuit de samedi à dimanche. Le père était assis sur le siège du passager avant tandis que son fils conduisait.

L'homme, âgé de 41 ans, a expliqué aux militaires qu'il avait confié les clés de la voiture à son fils, ne se sentant pas en capacité de conduire après une "partie de pêche bien arrosée".

Son taux d'alcoolémie était de près de deux grammes par litre de sang (0,99 mg/l d'air expiré). Le fils est poursuivi pour conduite sans permis et son père pour complicité de défaut de permis et défaut de contrôle technique.

Le fils a cependant a respecté le code de la route en mettant le clignotant pour se ranger sur le bas-côté quand les militaires lui ont demandé de s'arrêter.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/05/19/97001-20150519FILWWW00064-ivre-il-fait-conduire-son-fils-de-12-ans.php

lundi 18 mai 2015

Lacloche multi-centenaire volée dans son clocher

Le 1er mai dernier, un voisin de l'église gothique Saint-Jean-le-Froid, joliment située sur une douce colline, remarquait des tuiles brisées sur le toit inférieur de l'édifice. Prévenu, le maire de la commune, Jean- Marc Escoutes constatait aussitôt, outre la détérioration de la couverture, la disparition de la cloche. Il portera plainte rapidement auprès de la gendarmerie.
Étonnante histoire. Avant 1789 deux cloches jumelles sonnaient les événements de la paroisse avant de disparaître cette année-là. Au terme d'une rocambolesque histoire, l'une d'entre elles, fabriquée en 1624, fut retrouvée après confiscation, vol puis dissimulation. Elle réintégra son bel emplacement en 1817 pour quasiment deux siècles de tranquillité.
Tous, au village, craignent que cette fois-ci, le petit trésor historique en bronze disparaisse à jamais, vendu, fondu pour quelques sous indignement gagnés.
On n'ose pas dire… à moins d'un miracle…
http://www.ladepeche.fr/article/2015/05/18/2106893-lacloche-multi-centenaire-volee-dans-son-clocher.html

dimanche 17 mai 2015

Indignation après le saccage de l'église

«Indignés», «écœurés»… les paroissiens de Portet-sur-Garonne ne cachent pas leur incompréhension et leur amertume depuis le saccage, mercredi, de l'église de la commune. «C'est une paroissienne venue faire des bouquets de fleur qui a constaté cette horrible dégradation, relate le père Bogdan Velyanyk, curé de la paroisse. Cela s'est passé entre 14 h 15 et 15 heures. Elle a retrouvé le tabernacle violemment arraché et fracassé par terre. Les angelots en bois doré du XVIIe siècle eux aussi ont été arrachés et volés.»
De quoi susciter la colère de l'homme d'église selon lequel, «c'est au patrimoine spirituel et culturel qu'on s'en prend. Il a fallu au peuple des siècles de travail, de talent et d'effort pour construire et orner les églises, il suffit aujourd'hui de quelques minutes en pleine journée pour tout anéantir !» Et de tenter d'expliquer le vandalisme : «Je pense que c'est d'abord l'appât du gain mais il y a aussi un climat global d'impunité, de perte de valeurs et de non-respect d'autrui.»
L'église de Portet n'est pas la seule dans la paroisse à avoir subi des dégradations. Depuis 2014 ont été constatés : un vol de chandeliers et une dégradation de la porte de l'église à Pinsaguel ainsi qu'un tabernacle fracassé à coups de marteau et des hosties éparpillées au sol à Roques-sur-Garonne. «Nous avons rendez-vous avec le maire afin de trouver une solution qui pourrait être la vidéosurveillance et une mise sous alarme.»
Christophe Borgel, député, Annie Vieu et Sébastien Léry, conseillers départementaux du canton de Portet, PS, ont «condamné avec la plus grande fermeté» ce «saccage». «La République, en France, garantit la liberté de culte. S'attaquer à une église, une synagogue, une mosquée, un temple, c'est d'une certaine façon mettre en cause cette liberté».
De son côté, Elisabeth Pouchelon, conseillère régionale UMP, a également condamné cet acte et réclamé «une meilleure surveillance des églises» du canton.

http://www.ladepeche.fr/article/2015/05/17/2106149-indignation-apres-le-saccage-de-l-eglise.html

samedi 16 mai 2015

Un gynécologue oublie son téléphone dans le ventre d'une patiente

Sentir son ventre vibrer, voilà une sensation peu courante après un accouchement. C’est pourtant ce qu’a ressenti Hanan, une mère de 36 ans habitant à Amman (Jordanie). Comme le rapporte Gulf News repris par Metronews, la jeune femme a donné le jour à un bébé le 24 avril dernier dans un hôpital privé.

Une énorme bévue

Peu de temps après son accouchement, de retour chez elle, Hanan a commencé à souffrir de vibrations dans l’abdomen qui la pliaient en deux de douleur. Ramenée en urgence à l’hôpital, la patiente passe une radiographie. Les médecins découvrent alors avec stupeur que le gynécologue qui l’a aidé à accoucher a commis une énorme bévue : il a oublié son téléphone portable dans le ventre de la maman ! L’appareil a été retiré en urgence de son abdomen.

Les esprits s'échauffent

Cette affaire hors-normes a provoqué un véritable tollé en Jordanie, certains appelant même à des mesures drastiques. « Dans un pays qui respecte ses citoyens, lorsque ce genre de scandale se produit, normalement le gouvernement démissionne », a déclaré le député Salim Al Batanyah. Le porte-parole du ministère de la Santé, Hatem Al Azrae, a quant à lui tout d’abord estimé que le récit était « sans fondement » avant de promettre de se pencher sur l’affaire

http://www.ladepeche.fr/article/2015/05/15/2105282-gynecologue-oublie-telephone-ventre-patiente.html

vendredi 15 mai 2015

Un maire UMP des Bouches-du-Rhône veut interdire l'islam en France

Robert Chardon, maire de Venelles dans les Bouches-du-Rhône, n'y va pas par quatre chemins : il veut interdire l'islam en France. Il a interpellé Nicolas Sarkozy sur twitter. 
Robert Chardon, maire UMP de Venelles, le clame haut et fort sur les réseaux sociaux : "Il faut interdire l'Islam en France". 
Jeudi, l'élu a interpellé Nicolas Sarkozy sur le sujet dans le cadre de l'interview du président de l'UMP organisée sur twitter avec hashtag #NSDIRECT. Contacté par le Lab d'Europe 1, Robert Chardon a maintenu ses propos. "Il explique être actuellement traité pour une grave maladie et que c'est au cours de ce traitement qu'il a pris le temps de réfléchir", indique notre confrère. Robert Chardon souhaite ajouter un article à la Constitution pour prohiber le culte musulman en France. "Les contrevenants prendront le bateau ou l'avion", ajoute le maire UMP. Il attend désormais la réponse de Nicolas Sarkozy ce vendredi. 

Une réunion sur l'islam le 4 juin à l'UMP

Selon l'AFP, l'UMP organise une "réunion de travail sur l'islam" le 4 juin, qui se déroulera à huis clos dans les locaux de son siège à Paris, a indiqué lundi Isabelle le Callennec, porte-parole du parti, lors de son point de presse hebdomadaire. "Il ne s'agit pas d'une convention, mais d'une réunion de travail qui se déroulera à huis clos". Nicolas Sarkozy, le président de l'UMP, avait annoncé la tenue d'une telle réunion le 7 février, lors d'un Conseil national de son parti à Paris. Il avait chargé les députés Gérald Darmanin (maire de Tourcoing) et Henri Guaino (Yvelines), de la préparer.

"Ne pas en parler de façon caricaturale"

La réunion se tiendra en présence de maires, responsables cultuels et spécialistes de la laïcité, a précisé la porte-parole, par ailleurs députée d'Ille-et-Vilaine. "Les questions liées à la laïcité sont extrêmement importantes pour les Français, comme on le voit dans les déplacements. Il ne faut pas en parler de façon caricaturale. On se donne le temps d'y réfléchir", a-t-on également argué dans l'entourage de M. Sarkozy. La vice-présidente de l'UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet, a qualifié de "mauvaise idée" l'organisation d'une "première convention des Républicains" consacrée à l'islam le 11 juin.
http://www.midilibre.fr/2015/05/15/un-maire-ump-des-bouches-du-rhone-veut-interdire-l-islam-en-france,1161557.php

jeudi 14 mai 2015

Dati dénonce une "cabale politique

Rachia Dati, ancienne garde des Sceaux épinglée par la Cour des comptes pour des dépenses indues quand elle était au gouvernement, s'est dite victime aujourd'hui sur iTELE d'une "cabale politique" et a mis en cause des proches de Nicolas Sarkozy.

L'ex-ministre UMP a été épinglée en janvier par une décision de la Cour des comptes pour près de 9000 euros de dépenses indues, notamment de vêtements, et 180.000 euros de dépenses de communication lorsqu'elle était au ministère (information Le Point).

Sur les 9000 euros de dépenses, une partie des sommes ont servi à acheter des foulards Hermès, selon Le Point. La décision fait état notamment de "factures d'achat de vêtements de luxe, de consommation de boissons ou de repas, d'achats de pâtisserie, de journaux, de produits de pharmacie", mentionné sous un bordereau "frais de réception et de représentation".

Les 180.000 autres euros ont servi à des dépenses de communication dans le cadre de contrats passés avec la société GiacomettiPéron. Cette société est impliquée dans une enquête du pôle financier sur les dépenses de sondages et de communication sous le gouvernement Fillon.

"J'en ai parlé à Nicolas Sarkozy, je sais que son entourage... Rappelez-vous en 2010, ils ont failli me faire tomber, ils n'ont pas réussi parce que la justice était de mon côté", a-t-elle souligné. Elle était alors soupçonnée par des proches de M. Sarkozy de diffuser des rumeurs sur la vie privée de l'actuel président de l'UMP.

"Je ne laisserai pas faire. S'ils veulent me qualifier, comme certains dans l'entourage de Nicolas Sarkozy, de voleuse de poules, d'arabe, de beurette... Certains me traitant de +zoubida+... Maintenant stop! Sans vous parler des attaques sexistes." Elle a aussi annoncé une plainte en diffamation contre Le Point


http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/05/14/97001-20150514FILWWW00058-dati-denonce-une-cabale-politique.php

mercredi 13 mai 2015

Pas de «Pont de l'Ascension» dans les écoles : les profs en grève

Des enseignants seront en grève ce vendredi 15 mai pour protester contre le revirement de l'académie, qui avait d'abord accordé le Pont de l'Ascension, avant de le faire travailler.
Pont de l'Ascension, ou pas pont de l'Ascension ? Ce vendredi 15 mai, tous les élèves et les professeurs de l'académie de Toulouse doivent se rendre en classe.
Mais jusqu'à janvier dernier, ce «pont» était accordé aux professeurs et aux élèves par l'académie. La rectrice d'académie n'a décidé que 5 mois après la rentrée de faire travailler ce vendredi 15 mai. Et ça n'a pas plu à tout le monde. Dès la mi-février, le principal syndicat d'enseignants du premier degré, le Snuipp-FSU, a déposé un préavis de grève pour «soutenir» les enseignants pris au dépourvu par ce revirement.
«Plusieurs centaines d'enseignants à l'échelle du département se sont engagées, ont réservé des locations de vacances, des billets de transport», explique Jean-Philippe Gadier, secrétaire départemental du Snuipp 31. Certains même avaient prévu de se marier pendant ce week-end de quatre jours. Les syndicats ont donc décidé de réagir, et de déposer ce préavis.
Le syndicat du second degré, le Snes-FSU, indique également qu'il soutiendra les enseignants qui feront valoir une absence exceptionnelle pendant ce pont. Il ajoute que cette journée sera de toute façon «pédagogiquement perdue, car les classes seront vides».
«Dans mon école de l'ouest toulousain, appuie un enseignant, il manquera la moitié des élèves. J'ai commencé à sonder les parents cette semaine, et la plupart ne laisseront pas leur enfant à l'école.»
Pour la principale fédération de parents d'élèves, la FCPE, la situation doit être «absolument claire» dès le début de l'année. «Plutôt que de se perdre en hésitations et revirements, concentrons-nous sur l'essentiel, clame Hélène Rouch, présidente de la FCPE 31 : le rythme annuel des enfants. Il faut que nous tendions vers l'alternance sept semaines de classe/deux semaines de vacances.»
Pour mettre tout le monde d'accord, le ministère a tranché. Les rectorats d'académie devront appliquer la sentence : l'année prochaine, le pont de l'Ascension sera un pont chômé partout en France. La fin des malentendus ?
http://www.ladepeche.fr/article/2015/05/13/2103937-ecoles-sans-pont-les-profs-en-colere.html

mardi 12 mai 2015

Balkany: la Haute Autorité saisit la justice

Patrick Balkany, député UMP des Hauts-de-Seine, et Isabelle Balkany, ancienne vice-présidente du conseil général des Hauts-de-Seine, ont fait l'objet d'un signalement au procureur de la République financier par la Haute Autorité pour la transparence compte tenu d'un "doute sérieux" sur leurs déclarations de patrimoine.

Après instruction de chaque dossier et recueil de leurs observations respectives, l'instance chargée de contrôler les déclarations de patrimoine et d'intérêts des élus a fait état d'"un doute sérieux quant à l'exhaustivité, l'exactitude et la sincérité de leurs déclarations de situation patrimoniale, du fait de la sous-évaluation manifeste de certains actifs et de l'omission de biens mobiliers et immobiliers", selon un communiqué.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/05/12/97001-20150512FILWWW00216-balkany-la-haute-autorite-saisit-la-justice.php

lundi 11 mai 2015

Lozère : un trentenaire meurt dans un accident de canyoning

L e drame s'est produit samedi à Prévenchères, près de Mende. Selon les premiers éléments de l'enquête, la victime aurait eu un problème avec un tyrolienne.
Ce samedi 9 mai, en début d'après-midi, un accident de canyoning a endeuillé les gorges du Chassezac, commune de Prévenchères. Un groupe d'une dizaine de touristes, allemands et français, s'adonnait à la pratique, quand l'un d'eux "aurait eu un problème avec une tyrolienne", selon les premières informations recueillies auprès de la préfecture de la Lozère. "Mais une enquête est en cours, qui précisera les circonstances de l'accident", ajoute Franck Vinesse, le sous-préfet de Florac. Les pompiers sont intervenus très rapidement sur place, qui ont fait appel à un hélicoptère, dans ce site très difficile d'accès. Mais ils n'ont pas réussi à réanimer la victime, un Français âgé d'environ 35 ans
http://www.midilibre.fr/2015/05/10/lozere-un-trentenaire-meurt-dans-un-accident-de-canyoning,1159340.php

samedi 9 mai 2015

Les cambrioleurs tuent le chien de la ferme

Cambrioleurs et sauvages sur les bords… Un couple d'agriculteurs de la commune a été victime d'un cambriolage jeudi après midi en alors qu'il était absent de son domicile. C'est à leur retour que les victimes ont découvert les faits, découvrant notamment leur chien, un épagneul croisé setter, sans vie, baignant dans son sang. L'animal avait été trucidé avec un outil présent sur les lieux. Un geste d'une sauvagerie impardonnable, probablement motivé par la présence menaçante ou bruyante de l'animal, le ou les auteurs désirant, on l'imagine, rester discrets pour commettre leur forfait. Tout cela pour un butin misérable, notamment constitué d'un ordinateur. Les gendarmes de la COB de Montech ont ouvert une enquête. Les TIC (techniciens en identité judiciaire) ont également été requis sur les lieux afin de procéder aux constatations qui permettront, souhaitons-le, d'interpeller ces piteux cambrioleurs.
http://www.ladepeche.fr/article/2015/05/09/2101694-les-cambrioleurs-tuent-le-chien-de-la-ferme.html